Imago Mundi  
HOME
PROJETS
AGENDA
CONTACT
english / français



DIVINE MADNESS // PASSAGE // douBlebACH // HEAVENE AND ERTHE // SACRIFICIUM // IN MY END IS MY BEGINNING // VANITAS VANITATUM //
FLAMMENDE ROSE, ZIERDE DER ERDEN



 

PASSAGE

Mustafa Dogan Dikmen: voix, ney et percussion
Griet De Geyter: soprane
Sofie Vanden Eynde: luth, théorbe et direction artistique
Caner Can: qanun
Liam Fennelly: vièle et viole de gambe
Malte Stück: saz

Musique de L. Rossi, Ali Ufki, G. Dufay, compositeurs anonymes Anatoliens, G. F. Telemann, Y. Özatalay,…

Istanbul : ville de questions restées sans réponses, d’eaux trop profondes, mais aussi de ponts sans cesse reconstruits. La luthiste Sofie Vanden Eynde et le chanteur turc Mustafa Dogan Dikmen dressent un portrait kaléidoscopique de cette métropole multicolore. Ils n’en donnent pas une image claire, mais façonnent un puzzle bigarré d’impressions et d’expériences. Passage navigue des danses folkloriques d’Anatolie à la musique des troubadours médiévaux, de Telemann aux chants classiques ottomans, des larmes de la Zaïda de Luigi Rossi à une création du jeune compositeur turc Yigit Ozatalay. Inutile de faire la mise au point : le passage de l’est à l’ouest restera toujours trouble – imparfait mais si riche en opportunités !
La figure d’Ali Ufki, musicien polonais arrivé dans l’Empire ottoman en tant que traducteur, est un beau symbole de cette traversée mouvementée : dans ses manuscrits, les vers italiens tournoient entre les portées de musique ottomane, les psaumes protestants se voient agrémentés de textes turcs. La voix du couple mythique Héro et Léandre résonne aussi dans Passage : leur amour ne survit pas au plongeon dans le Bosphore. C’est dans cette même eau que se trouve aujourd’hui le vieux pont de Galata, telle une relique perdue, contemplant rêveusement les flots : lui aussi reste face aux questions restées sans réponses d’Istanbul.

Dankzij de steun van STROOM, talentondersteuning in cultuur van de provincie Limburg (BE)