Imago Mundi  
HOME
PROJETS
AGENDA
CONTACT
english / français



DIVINE MADNESS // PASSAGE // douBlebACH // HEAVENE AND ERTHE // SACRIFICIUM // IN MY END IS MY BEGINNING // VANITAS VANITATUM //
FLAMMENDE ROSE, ZIERDE DER ERDEN



 

SACRIFICIUM
...histoire de femmes

Lore Binon, soprano
Sofie Vanden Eynde, théorbe & guitare baroque & direction artistique
Sarah Ridy, harpe triple
Lies Wyers, viola da gamba & lirone
Bart Jacobs clavecin & orgue
Lidewij Vandervoort, violon baroque (en option)

À l’évocation du thème « sacrifices et amour », je ne peux m’empêcher de me mettre à fouiner dans l’œuvre de F. Caccini. Son art de la composition, dramatique, expressif et très émotionnel, se prête autant à la mise en musique de scènes de l’Ancien Testament, qu’à la dévotion extatique, à la description de l’agonie du Christ sur la croix, sans oublier la peine d’un amour terrestre non partagé. Il ne nous reste de ses airs qu’Il primo libro delle musiche. Ce recueil renferme des pièces aussi bien profanes que religieuses – une association intéressante, mais guère inhabituelle au XVIIe siècle.
Si l’on s’appuie sur l’œuvre de F. Caccini pour fouiner davantage dans l’œuvre d’autres compositrices du XVIIe siècle, le thème « sacrifices et amour » prend un tout autre sens. Jouer en public l’œuvre d’une compositrice au XVIIe siècle n’avait rien d’une évidence. F. Caccini put mener une vie relativement normale – elle était certes la fille du très influent G. Caccini. Mais B. Strozzi ne s’est jamais mariée. Elle a eu quatre enfants illégitimes, et sa représentation en tenue légère pousse les historiens à se demander si elle ne gagnait pas sa vie surtout comme courtisane/prostituée.
D’autres compositrices sont entrées dans les ordres. Était-ce pour elles, femmes, la seule façon de se consacrer « professionnellement » à la musique ? Durent-elles « sacrifier » une vie d’« amour » pour un homme et un enfant afin de pouvoir composer ? Ou bien est-ce l’« amour » de Dieu qui leur a inspiré la composition de musiques célestes ?